Le système français d’enseignement supérieur est l’un des systèmes les plus diversifiés et les plus performants du monde.

L’excellence des formations françaises s’appuie sur un réseau national de plus de 3500 établissements d’enseignement public et privé et des centres de recherche de renommée internationales : 85 universités, 224 écoles d’ingénieur, 220 écoles de commerce et management, 20 écoles d’architecture, 120 écoles d’art. S’y ajoutent plus de 3000 autres établissements, écoles ou instituts.

Financées par l’Etat, les 85 universités publiques sont réparties sur tout le territoire. Elles délivrent les diplômes nationaux de tous les niveaux : Licence, Master et Doctorat et garantissent une même valeur académique, quelle que soit l’université. Les universités couvrent l’ensemble des disciplines. Leurs enseignements sont directement issus de la recherche, les enseignants étant des enseignants-chercheurs.

Parallèlement aux diplômes nationaux labellisés par l’Etat, les universités délivrent des Diplômes d’Université (D.U.) qui ne sont pas des diplômes d’état : les D.U. correspondent en général à un domaine restreint, à vocation temporaire ou professionnelle.

Particularité française, les Grandes Écoles, créées parallèlement au système universitaire dès le début du XIXe siècle, dispensent un enseignement professionnalisé de haut niveau et demeurent très sélectives. Les Grandes Écoles délivrent des diplômes de niveau Bac+5 avec le grade de Master reconnu par l’État. Les Grandes écoles offrent les formations en sciences de l’ingénieur, en commerce et management, et concernent également les filières de l’administration, de la défense, de l’enseignement supérieur et de la recherche avec notamment les écoles normales supérieures ou encore les filières agronomique ou vétérinaire.

Chiffres-clés de la France:

85 Universités publiques
224
 Ecoles d'ingénieurs
220
 Ecoles de commerce
291
 Ecoles Doctorales
1 200
 Laboratoires de recherche
1
 doctorat sur est préparé par un étudiant étranger

Comprendre l'organisation des diplômes français :

 DIPLOME NATIONALDIPLOME D'ETABLISSEMENT
D
8 années
16 semestres
480 ECTS
DoctoratPhD

 

6 années
12 semestres
 Mastère spécialisé (label)
Master of Business Administration (MBA)
M
5 années
10 semestres
300 ECTS
Master
Master of Science
Diplôme d'ingénieur
Master of Science
Diplômes d'écoles de commerce 
et d'ingénieur

 

4 années
8 semestres
 Master of Science (master en 4 ans)
L
3 années
6 semestres
180 ECTS
LicenceBachelor (label)

 

Diplômes et équivalences

Un système décliné et harmonisé dans toute l'Union européenne

Les diplômes L’enseignement supérieur français applique le système appelé "LMD" pour "Licence – Master - Doctorat", commun à la plupart des pays de l'Union Européenne. Ce système est destiné à  faciliter la mobilité étudiante à l’intérieur de l’Europe comme dans le reste du monde. L'attribution des diplômes structurés autour de cette architecture commune (L-M-D) est basée sur le nombre de semestres d’études accomplis depuis l’entrée dans l’enseignement supérieur et leur correspondance en crédits

  • Licence : nécessite 6 semestres de formation aboutissant à l'obtention de 180 ECTS (3 années d’études).
  • Master : nécessite  ensuite 4 semestres de formation autorisant l'obtention de 120 ECTS supplémentaires (5 années d’études  en tout - 300 ECTS)
  • Doctorat: normalement obtenu après 16 semestres (soit 8 années de formation en tout).

Le diplôme d’ingénieur est un diplôme national et les écoles qui le délivrent sont habilitées par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI). une habilitation analogue existe pour les écoles de commerce et de management reconnues par l’État, dont les diplômes sont visés par le ministère de l’Éducation nationale. Certaines de ces écoles ont également obtenu des labels ou des accréditations internationales (Equis, AACSB par exemple).

Les écoles d’art, les écoles spécialisées sont également soumises à des certifications nationales.

Les Diplômes d’Université (D.U.) : Les D.U. ne sont pas des diplômes nationaux mais des diplômes d’établissement. Ils sont créés par les universités pour répondre à des orientations spécifiques ou à un besoin économique régional.

ECTS, le système européen de transfert de crédit 

La validation internationale des diplômes et des formations repose, au sein de l'Union Européenne, sur un système de crédits communs, appelé ECTS (Système Européen de Transfert de Crédits - European Credits Tranfer System). Les crédits ECTS obtenus sont capitalisables et transférables, par exemple dans le cas d'un parcours d'études à travers plusieurs établissements européens. Les diplômes nationaux de l’enseignement supérieur français sont soumis au contrôle de l’Etat les diplômes nationaux délivrés par les universités et les autres établissements publics (écoles nationales d'art, écoles nationales d'architecture…) exigent le respect de critères de qualité qui s'imposent à tous et confèrent le même grade quel que soit l’établissement qui les délivre.

Les équivalences 

Il n'existe pas en France d'équivalence automatique entre diplômes étrangers et diplômes français. Chaque établissement détermine ses propres critères d'admission, en fonction du parcours préalable de l'étudiant et des pré-requis de la formation envisagée. Cela permet de constituer des promotions homogènes et de garantir le niveau des formations dispensées.

L'organisation des cours

Calendrier universitaire

En France, l'année universitaire commence au mois de septembre ou d'octobre et se termine en mai ou en juin, selon les établissements et les formations suivies.
L'année universitaire est coupée par des vacances, en particulier deux semaines au moment des fêtes de fin d'année (Noël et jour de l'an). Les deux semestres sont séparés par une courte période d’interruption, après les évaluations et jurys du premier semestre. Les vacances d'été durent plus de deux mois et incluent toujours les mois de juillet et d'août.

Les cours

Dans l'enseignement supérieur français, universités en particulier, on distingue deux types de cours.

  • Les cours magistraux : il s'agit de cours en amphithéâtre de 100 à 1000 places, sous forme d'exposé par un professeur où l'étudiant prend des notes. Ces cours font souvent l'objet de brochures éditées par les professeurs et disponibles en fin de session pour la préparation des examens.
  • Les travaux dirigés et les travaux pratiques: les TP (Travaux Pratiques) et les TD (Travaux Dirigés) ont lieu en groupes restreints. Ils illustrent les cours magistraux par la mise en pratique et l'approfondissement des connaissances exposées dans les cours magistraux.Dans les formations professionnalisées à l’université (DUT, licences et masters professionnels), des stages, des périodes d’activité en entreprise ainsi que des TP et des TD sont proposés.

Le contrôle des connaissances

Deux types de contrôle des connaissances coexistent dans l'enseignement supérieur français :

  • le contrôle continu, qui permet de valider les acquis au cours d'épreuves réparties tout au long de l'année dans chaque matière enseignée
  • les examens, qui regroupent le contrôle des connaissances pour l'ensemble des matières sur quelques jours. Il s'agit alors d'un examen complet, répété deux fois dans l'année.

A l'université, les cours sont regroupés le plus souvent sous forme de modules (groupes cohérents de matières) capitalisables : le diplôme va comporter "n" modules : certains sont obligatoires, d'autres optionnels. Ces modules sont obtenus une fois pour toutes.